Developed in conjunction with Ext-Joom.com

15 Juil

La Pieve d'Agno

Rate this item
(2 votes)
TPL_POSTED_BY

Agno, le Bas Malcantone et la Vallée du Vedeggio se trouvaient sur l’importante Strada Regina (ou Francesca), voie antique qui unissait Milan aux cols alpins à travers la Valganna.  Si l’on ajoute la position à l’extrémité d’une branche du lac Ceresio qui était une autre voie importante de transit, on comprend bien l’importance de la région, attestée par les découvertes archéologiques entre Agno et Bioggio, déjà à l’époque romaine. 

La Pieve d’Agno a été constituée à la suite du rayonnement du christianisme, à la fin de l’époque romaine, sur l’axe Milan – Côme – Riva San Vitale. 

Quand le gouverneur romain Ambrogio fut nommé évêque de Milan (374-397), l’action d’évangélisation des campagnes lombardes et des vallées sud alpines subit un essor considérable.  

La première église de notre région fut fondée à Agno, probablement au début du Moyen Âge, et devint le centre d’une vaste paroisse rurale, dite pieve et qui comprenait toute la rive droite du Vedeggio, Muzzano, la Collina d’Oro, le Malcantone et la vallée de Marchirolo. 

Le plus ancien témoignage écrit remonte au 30 janvier 735, quand un certain Lazzaro rédigea à Campione, en graphie franque, un document dans lequel il se déclarait clerc de la basilique Saint-Jean « Aniasce », aujourd’hui Agno. 

Peut-être de fondation ambrosienne, la pieve passa sous la juridiction de l’évêque de Côme probablement au début du second millénaire. Un document de 1192 traite du chapitre de la pieve, dont le premier curé connu fut Guglielmo da Marchirolo (1288). Le « parchemin de Sessa » (1352), source antique, concerne l’extension de la Pieve de Bironico à Marchirolo. Il est peut-être bon de rappeler qu’après l’an 1000, la pieve ne constitua plus seulement une circonscription religieuse mais aussi une union de communes ayant un caractère économique et civil avec un Conseil de la pieve composé de consuls ou de présidents des communes qui avaient un mandat fixe. Le Conseil de la pieve élisait ses propres représentants au Conseil de Régence de la Communauté du Val de Lugano ou des quatre pievi de Lugano, Agno, Capriasca et Riva San Vitale. En outre, le Congrès général de la Communauté de Lugano, constitué de consuls de chaque commune, se réunissait à Sorengo ou à Loreto, en règle générale une fois par an, pour s’occuper de choses multiples comme l’introduction des grains, du sel, les droits, les mesures contre les épidémies de peste, les estimations, les impôts, les subsides à des instituts religieux, les honneurs aux capitaines régents, les ponts, les routes, la poste, la chasse, la pêche, etc. L’Acte de médiation, voulu par Napoléon en 1803, ôta toute valeur politique aux pievi. 

 

Catalogue d’exposition: fr 10.- (en vente à la mairie, jusqu’à épuisement).

Additional Info

  • Anno: 2003
  • Data esposizione: 10.3 - 27.4.2003
  • Ordinamento: 2
Read 5853 times Last modified on lundi, 18 août 2014 15:44