Developed in conjunction with Ext-Joom.com

15 Juil

Souvorov en Suisse italienne : témoignages de contemporains

Rate this item
(0 votes)
TPL_POSTED_BY

Le passage de l’armée de Souvorov, par Ponte Tresa, il y a deux cents ans, est parmi les souvenirs populaires les plus tenaces. Ils se transmettent de génération en génération dans le bas Malcantone et dans le Val d’Agno en raison des dévastations, des réquisitions et des spoliations et d’une famine épouvantable qui en fut la conséquence.  

Le 15 septembre 1799, l’armée austro-russe de Souvorov traversa le pont sur la Tresa en direction du Saint-Gothard et de Zurich où Souvorov comptait attaquer l’armée de Masséna. Il n’arriva jamais à Zurich, contraint par les Français à se retirer en dessinant un parcours tortueux parmi les cols les plus malaisés de Schwyz, Glaris et des Grisons. Arrivé en Suisse avec 22 000 soldats, il la quitta avec 10 000 hommes qui le raccompagnèrent à bout de forces en Russie où le feld-maréchal de deux empires – prince d’Italie et puis généralissime – connut l’humiliation et la mort. 

L’exposition prend comme titre une phrase du journal du curé de Marchirolo, Tomaso Stella, mais ne veut pas se joindre pas aux commémorations, au style célébrant curieusement ce Souvorov, qui se tiennent à l’occasion de l’anniversaire. Que cela plaise ou non, Souvorov se rendit dans sa carrière aussi responsable de massacres et conduisit une dure occupation militaire durant son bref séjour dans ce que nous appelons aujourd’hui le Tessin. L’exposition désire simplement rappeler les jours terribles pour nos ancêtres, à l’enseigne de réquisitions, d’abus, de violence et de peur, d’une année qui fut très difficile pour tous les Tessinois, que ceux-ci soient pour les Français ou pour les Austro-russes.    

Au Musée Plebano d’Agno, les documents, les images et les objets d’époque veulent permettre aux visiteurs de se faire une idée de ce qui s’est passé il y a deux cents ans et surtout de montrer comment les contemporains virent le général russe et son armée. Les objets qui illustrent la persistance du mythe Souvorov ne manquent pas. 

À Ponte Tresa par contre, une exposition présente les résultats de la recherche conduite par le curé Dario Palmisano sur les réquisitions effectuées par les troupes du prince de Rohan. Arrivées au cours du mois de mai, celles-ci continuèrent les spoliations pratiquées par les Français, temporairement en fuite, en préparant le terrain à l’armée de Souvorov. La recherche intitulée « Ponte Tresa 1799 » présente un tableau vivant et fascinant de cette communauté. 

 

L’exposition a été préparée en collaboration avec le Musée du Malcantone. 

Additional Info

  • Anno: 1999
  • Data esposizione: 19.9 - 31.10.1999
Read 1060 times Last modified on lundi, 18 août 2014 15:44